2021, année faste pour l’immobilier français

Partager sur :
2021, année faste pour l’immobilier français

L’immobilier français voit, avec la fin de l’année 2021, se conclure une très belle période : jamais le marché n’a été aussi dynamique, narre « Les Échos ».

 

Le 31 décembre, les acteurs du marché immobilier pourront légitimement sabrer le champagne : contrairement à une bonne partie des Français, ils viennent de passer une excellente année. À en croire Les Échos, « excellente » serait même bien peu dire. Un peu partout, on n’hésite pas à parler d’une année « historique ». Et pour cause : en moyenne, le mètre carré se négocie désormais à 2 993 euros. Une somme historique, qui pourrait bientôt franchir un seuil très symbolique : « Il ne fait aucun doute que la barre des 3 000 euros sera très bientôt franchie », se réjouit Thomas Lefebvre, directeur scientifique chez Meilleurs Agents.

Et ce n’est pas le seul indicateur en hausse : en 2021, plus de 1,2 million de ventes ont été enregistrées, record absolu. Même topo pour l’évolution des prix des maisons : + 6,3 % sur l’année, contre « seulement » + 3 % pour les immeubles. Et, puisque l’ambiance est aux nouveautés, ce dernier paramètre n’échappe pas à la règle. « Habituellement, les prix évoluent de façon similaire, explique Thomas Lefebvre. C’est la première fois que nous observons une aussi forte distorsion. »

Paris est (un peu moins) magique

Et, quitte à ne rien faire comme tout le monde, l’immobilier peut se permettre, en plus d’avoir passé une bonne année, de remercier le Covid-19 ! Les confinements successifs et l’installation du télétravail ont beaucoup joué dans ces mirifiques résultats. Les demandes pour plus d’espace et un jardin ont explosé, et les projets portés par les particuliers se sont concrétisés plus qu’à l’accoutumée grâce, notamment, à des conditions de crédit que Les Échos qualifie de « très favorables ».

Or qui dit « espace + jardin » veut aussi dire « tout sauf Paris ». Fatalement, la capitale est la seule ville avec Montpellier à ne pas se joindre à l’embellie générale. Dans Paris intra-muros, le marché recule même pour la première fois depuis plusieurs années, à - 3 % en 2021. Mais rien de grave : « Il ne faut pas exagérer cette baisse, d’autant qu’elle s’exerce sur une base de prix très élevés », rassure Thomas Lefebvre. On ne saurait lui donner tort : en moyenne, le mètre carré parisien se négocie désormais à 10 203 euros, contre 10 700 euros l’année précédente. Pas de quoi paniquer, en effet.

 

source: LePoint.